vignette-baspheme

(Bla) Blasphème.

Beaucoup, beaucoup de gens ont donné leur avis

Certains ont dit tellement de conneries qu’ils mériteraient la ligne 13 à perpétuité.

Comme tant d’autres, j’en perds encore les mots et la foi dans l’Homme, incapable de comprendre l’absurde propagation de ce « mais ». Charlie-mais. Bien cherché. Ils étaient quand même un peu. L’huile sur le feu.Irresponsables. Charles Martel.

Je me tape la tête contre les murs.

Mais puisque chacun a donné son avis sauf les morts, il serait peut-être temps de passer le micro au cadavre du fond. Charb, il bouge plus mais à mon avis s’il a encore des choses à dire, il dit qu’au lieu de vous branler sur le Saint-Esprit du 11 janvier et de visser des plaques au mur, vous pourriez lire son dernier bouquin. C’est lui qui parle comme ça, moi branler, j’aurais pas osé le mettre dans la bouche d’un mort, ça fait crado.

Il dit qu’au lieu de jouer aux devinettes ou de demander à Pujadas s’il est Charlie ou Maïté, on pourrait peut-être juste lire son machin, que tout y est, qu’il a eu l’amabilité de le boucler trois jours avant la mitraille, et que là putain, s’il s’est pas donné à fond sur la promo je sais pas ce qu’il vous faut.

Non, non, j’arrête, ça se fait pas de faire parler les cadavres, et je vous dis pas comme ça pue de la gueule.

J’arrête, juré craché, je peux cracher sur Balkany ou ça compte pas ?

Rendors-toi. Ah, juste, sinon, je voyais bien « 48 trous de balles à Charlie Hebdo » et les Kouachi qui corrigent « Nan, nan, on était que deux ! ». Elle était bonne, nan ? Quoi bof. Pfff, putain, je savais que j’aurais pas du te faire parler, t’es chiant, rendors-toi. Et puis tu feras gaffe, tu pèles.

Tout ça pour dire qu’au delà des commémorations les plus improbables de la terre à base de Légion d’honneur et de Saint-Johnny qui pousse la chansonnette, je pense qu’il faut parler de ce livre de Charb, reparler de ce livre parce que tout y est concernant les reproches qui ont été fait à Charlie Hebdo, qu’ils viennent de fanatiques du bout du monde ou de petits cons du bout de la rue.

J’en publie un petit extrait en espérant ne pas me faire taper sur les doigts par l’éditeur, mais nombreux sont les extraits que j’aurais aimé publier.

Celui-ci évoque les attaques pour « blasphème ».

« Un jour, pour rire, il faudra que je publie toutes les lettres de menaces que j’ai reçues à Charlie Hebdo de la part de fascistes cathos et de fascistes musulmans. L’argument principal pour nous convaincre de cesser de blasphémer est tout bête : après notre mort, Dieu nous en fera baver des ronds de chapeau.

[…]

Dieu est assez grand pour se défendre tout seul

Franchement, si Dieu existe et qu’il est aussi puissant que ses serviteurs le prétendent, nous, les infidèles, les incroyants, les laïcards, les athées, les antithéistes, les mécréants, les apostats, on est mal… Nous sommes irrémédiablement condamnés aux flammes de l’enfer.

D’où cette question : pourquoi les croyants font-ils appel à la justice des hommes pour nous punir, alors que la justice divine le fera, et bien plus sévèrement que n’importe quel juge ? Qui est donc ce Dieu qu’on prétend tout-puissant, qui aurait besoin d’avocats pour nous attaquer en justice ? Dieu ne se vexe-t-il pas de constater que celui qu’il considérait jusque-là comme un bon croyant a recours à la justice plutôt qu’à la prière ? Pourquoi le fidèle ferait-il prendre à Dieu le risque d’être ridicule en perdant un procès sur terre, alors qu’il est sûr de gagner tous ses procès au ciel ? Je ne veux me fâcher avec personne, mais, du point de vue du croyant, n’est-ce pas blasphémer que de demander à des magistrats qui sont peut-être eux-mêmes des mécréants de condamner d’autres mécréants au nom de Dieu ? N’est-ce pas l’expression d’une sorte de péché d’orgueil que de prendre en charge la défense de Dieu ? Dieu, le créateur du monde, ce type large d’épaules qui joue avec notre planète comme l’automobiliste arrêté au feu rouge joue avec ses crottes de nez,a-t-il besoin de maître Tartempion pour laver son honneur ?

En attaquant en justice les blasphémateurs, les associations communautaristes ne prouvent qu’une chose : elles ne croient pas en Dieu. »

Charb

Lettre aux escrocs de l’islamophobie qui font le jeu des racistes

Janvier 2015.

PartagerTweet about this on TwitterShare on Google+Share on FacebookShare on RedditEmail this to someone

12 réflexions au sujet de « (Bla) Blasphème. »

  1. Le problème des débats d’idée dans ce genre c’est que la religion ne se base pas sur la raison mais sur la foi (par définition). Impossible de raisonner quand il suffit d’appuyer sur le bouton « FOI » pour avoir « raison ».
    Charb et les autres ne font que pisser dans un violon.
    La seule solution (comme pour « le rock & roll c’est mal », « internet c’est mal ») c’est d’attendre que ces gens là crèvent, de vieillesse ou autre, et d’espérer que la nouvelle génération sera moins conne ou au moins plus pacifique.

  2. Merci pour ce très bel article.

    Pourrais-tu me communiquer les références du livre en question, que je puisse me le procurer (titre, éditeur…).

    Je sais qu’une recherche google me le donnerai surement, mais je veux être sûr de ne pas me tromper.

    Merci d’avance.

  3. Exact, comme le dit le premier commentaire, il ne sert strictement à rien de raisonner avec des gens qui par définition n’utilise pas (voire, détestent) la raison.
    L’argument de Charb est logique… et donc hors sujet.

  4. Malheureusement, ce n’est pas en justice qu’ils l’ont attaqué… Il semble qu’il y ait un degré dans l’horreur qu’il n’ait pas prévu, même si les arguments restent à peu près applicables.

  5. Oh mais que oui !!
    J’ai acheté le livre en question peu après sa sortie l’an dernier et je m’étais aussi dit que c’est vraiment dommage que son contenu hautement intelligent ne soit pas plus médiatisé
    J’y repense très fort depuis les réactions des religieux de tout poil (et hop, clin d’oeil personnalisé !) à la dernière une de Charlie…
    Et je repensais, pas plus tard que ce matin, dans ma salle de de bains, EXACTEMENT au passage que tu as publié et dont la logique me semble tellement implacable que je défierais bien n’importe quel « croyant » partisan du « mais » de démonter, pour voir…

  6. Je suis Chrétien, croyant, pratiquant (même si pas assez assidument) ET je suis totalement d’accord avec ce qu’a écrit Charb. La foi est une question privée, personel. Il ne nous revient absolument pas de juger en quoique ce soit ce que pensent/disent/dessinent les autres. Tout au mieux, nous pouvons essayer de leur communiquer l’amour que nous tentons de répandre par notre foi. Donc aller les attaquer en justice est une TOTALE HERESIE pour moi (et ceux autour de moi).
    Quant aux commémorations et toutes les reprises et les débats stériles périphériques pfffffff

  7. Sauf que les fanatiques religieux sont la partie visible de l’icerberg, c’est ce que Charb (paix à son âme si ce genre de chose existe) semblait ne pas vouloir voir : son analyse ne semble (j’y vais au conditionnel car on a l’a qu’un tout petit extrait et je lirais le livre sur tes conseils) pas prendre en compte les positions dominants/dominés dans le contexte dans lequel il livre ses propos.
    Être violemment anticlérical, défendre bec et ongle la laïcité, contre une Église catholique toute puissante à l’époque en France (et qui a encore de beau reste, cf la manif pour tous), c’est un combat qui a du sens. Charb, même profondément athée, appartenait au groupe majoritaire blanc assimilé au christianisme, alors quand il se moquait des curés, il ne se moquait pas « des autres », mais de notre société. C’est ça, la satire : nous mettre en face de nos incohérence.
    Et puis l’extrémisme a commencer à se développer ailleurs, sur un autre terreau religieux. Un extrémisme violent, comme pouvait l’être l’inquisition catholique, mais avec des armes automatiques et des bombes, et au présent, on fait plus de bruits et de dégâts et de morts, littéralement et symboliquement.
    Les journalistes algériens en payèrent eux aussi le prix, dans les années 1990.
    Pain béni pour les fachos : voilà que des monstres sortent des groupes ethniques et religieux qu’ils pointent du doigt depuis des années comme étant responsable de tous les maux ! La haine dont est victime un groupe minoritaire en France trouvait là sa justification.
    Et Charlie s’est mis à taper sur l’Islam. Logique, disaient-ils, on tape sur tout le monde (ah non, pas sur tout le monde, hein, Siné ?). Sauf que leur satires, si justifiées soient-elles, des dictateurs et de la charia de l’autre coté du monde, alimente le racisme dont sont victime les musulmans ici qui eux, restent « les autres » en France. Et du coup, oui, un « Charlie-mais » peut s’entendre. Il peut s’entendre dans la bouche de celleux qui sont depuis des siècles le paillasson des braves français bien blancs et bien néo-colonialistes, qui s’essuie les pieds sur leur vie (réécoutez donc Lily, de Pierre Perret, à l’occasion). Celleux-là avaient le droit de ne pas avoir envie de rire avec les racistes qui prenait Charlie au premier degré. Celleux-là avait le droit de trouver que, vu ce qu’iels prenaient déjà dans la gueule au quotidien, ça aurait été bien que Charlie s’abstienne d’en remettre une couche. Celleux-là avait le droit de penser que taper sur tout le monde, c’est taper aussi bien sur ceux qui sont solides comme des rocs et qui s’en cognent (hahah), que taper sur ceux qui sont à terre. L’un est moins honorable que l’autre.

    Et pour finir, je ne doute pas que Charb ait été sincère dans son anti-racisme, mais je ne suis pas aussi convaincue en ce qui concerne, par exemple, Soeur Caroline de la Vérité Absolue, et Maitre Val des convictions vomissantes.

  8. @Cherno : je vois ce que tu veux dire, et c’est le coeur du problème. Le fait que l’islam soit (+/-) lié à la population qui s’en prend actuellement plein la gueule, avec l’hystérisation des années sarkozy comme summum est effectivement au coeur du fait que la critique de l’islam est compliquée. Car les racistes prétendent s’en prendre à la religion, quant ils s’en prennent en réalité à la population. S’en prendre réellement à la religion est donc évidemment extrêmement compliqué. Quoi qu’il en soit, c’est tout le sujet du bouquin que je te conseille vraiment du coup.

Les commentaires sont fermés.