35 réflexions au sujet de « [NEON] Qui veut tuer les internets ? »

  1. Ma foi, c’est on ne peut plus clair. Si toutes les infographies étaient comme ça !!!
    Maintenant, reste à se bouger !!!

  2. Moui enfin la grosse différence c’est que la start up Obélix ne saturera jamais les autoroutes, du coup, y’aurait pas tellement de raison de bloquer quoi que ce soit venant d’elle.

    Mais dans l’ensemble oui, la neutralité du net est menacée, et c’est à nous de la défendre.

  3. Hello,

    très bonne infographie. Tout n’est pas encore jouée aux USA: Alexis Ohanian, co-fondateur de Reddit se bat pour la neutralité du Net et Google vient de se prononcer pour après 4 ans de silence.
    (articles en anglais)
    https://www.facebook.com/alexis.ohanian
    http://www.washingtonpost.com/blogs/the-switch/wp/2014/09/10/googles-studied-silence-on-net-neutrality-has-finally-broken/
    https://takeaction.withgoogle.com/page/s/net-neutrality?utm_medium=social&utm_source=facebook&utm_campaign=netneutrality

  4. Dans tes règles d’internet, t’as oublié un truc…

    Les seins ! (pas forcement en porno d’ailleurs !) Avec des seins et des chatons, tu fais exploser le compteur !

  5. Dites, je suis un peut-être un peu sous-informé et crédule sur le sujet, mais je voudrais savoir :

    -Depuis quand Internet est sensé être un espace de liberté d’expression et d’égalité pour tous? Que je sache, la plupart des serveurs utilisés -très coûteux et énergivores- n’appartiennent ni à l’utilisateur moyen ni à l’état. Donc les données qui y transitent ont toute la légitimité du monde pour être controlées par leur possésseur.

    -Si oui, pourrait-on mettre en place des serveurs, qui, eux, permettaient l’usage d’une partie de la bande passante pour tous de manière égale? C’est bien de dénoncer les abus des majors, encore faut-il avoir une légitimité pour les dénoncer (payer un juste prix pour le maintien d’un internet « libre »…et c’est bien au-dessus des 10€/mois de Netfilx…)

    -Ne pourrait on pas pousser le raisonnement plus loin, càd la sur-dépendance à un internet non-minimaliste dans nos activités et la sur-consommation de bande passante pour des c*nneries (réseaux sociaux instantanés, avec vidéos). La pollution engendrée par le hardware+conso électrique d’internet est en passe de devenir plus importante que celle engendrée par le trafic automobile. C’est une vraie catastrophe et il serait bon de songer à « downgrader » la bande passante de tout un chacun pour un internet plus responsable. Donc : Élargir la chaussée pour permettre le passage de toute l’info, ne serait-ce pas une (très) mauvaise idée?

    J’ajoute que je n’ai aucune source de ce que j’avance sous la main, et que je le pense un peu en candide. Si vous souhaitez me corriger sur ces points avec de bons arguments, je vous en serais très beaucoup reconnaissant! ^^

  6. @krabeurk:

    Hello,
    Malheureusement, il me semble que tu mélanges des notions.

    -Depuis quand Internet est sensé être un espace de liberté d’expression et d’égalité pour tous? Que je sache, la plupart des serveurs utilisés -très coûteux et énergivores- n’appartiennent ni à l’utilisateur moyen ni à l’état. Donc les données qui y transitent ont toute la légitimité du monde pour être controlées par leur possésseur.

    Dans l’esprit, c’est ce qu’il a toujours été censé être. Tu confonds internet, qui est l’infrastructure de réseau qui connecte les machines, et certains « serveurs », nom abusif que l’on donne à certaines machines spécialisée dans l’hébergement et la mise à disposition de contenu.

    Internet, c’est un tas de tuyaux qui connectent toutes les machines qui y sont reliées. C’est même un super-réseau qui relie des réseaux plus petits (inter-net: entre réseaux). Dans ces tuyaux, l’information circule en petits bouts (les paquets donc) qui vont d’une machine à une autre. Ces machines possèdent toutes une adresse, unique à un instant T sur le réseau internet. Ces adresses sont la seconde chose (après les tuyaux) qu’il faut déléguer à un tiers. (qui se charge de les attribuer et de s’assurer qu’elles soient uniques).

    Deux machines connectées sur internet sont égales en possibilités: elles peuvent recevoir ou servir du contenu. Ta machine perso possède à la fois les qualités d’un « client » et celle d’un « serveur ». La distinction se fait par l’usage. (d’ailleurs selon le domaine de l’informatique dans lequel on travaille, « serveur » n’a pas le même sens ^^’ ). Le PC sur lequel je tape ce commentaire peut être rendu accessible à tous par internet si je le veux et héberger une application, une base de donnée, un blog, un flux RSS, des fichiers en accès libre, n’importe quoi. Je n’ai absolument pas besoin des « serveurs » de quelqu’un d’autre. Liberté d’expression, égalité.

    Bref, on a Internet, un gros tas de tuyaux avec des machines au bout. Ces tuyaux, gérés par les fournisseurs d’accès, sont plus ou moins larges et reliés les uns aux autres dans tous les sens. Pour aller d’une machine à une autre, il y a donc un tas de chemins possibles, et tous ne se valent pas. (il y a une différence entre faire Paris-Bordeaux en direct via une autoroute ou faire un crochet par la Belgique en ne circulant que sur des départementales) Des machines sont situées aux « croisements »: les routeurs, dont le rôle, quand un bout d’information passe, est d’aiguiller ce bout vers sa destination par la route la plus rapide. Ces routeurs sont la troisième brique principale d’internet gérée par le tiers fournisseur d’accès.

    Lorsque l’on souscrit un abonnement internet, ce que l’on fait en réalité c’est obtenir une adresse, un accès aux tuyaux et le droit d’utiliser les routeurs.
    Une connexion va être une route plus ou moins large, en fonction du débit qui nous a été alloué.
    Les « clients » (ceux qui font surtout de la consommation) comme les « serveurs » (ceux qui se spécialisent dans la mise à disposition de contenu) paient pour avoir branché directement chez eux des tuyaux plus ou moins gros dans lesquels envoyer leurs paquets. Cela va conditionner le nombre de paquet qu’il est possible d’envoyer ou de recevoir en même temps (en gros, la bande passante) et là oui, il faut payer plus cher pour en avoir plus. Mais ce n’est pas ce qui conditionne le temps que va mettre un paquet à arriver une fois lancé dans les tuyaux.

    Un paquet arrivera plus vite s’il prend une route plus courte. Un paquet arrivera plus vite s’il prend des routes plus large et/ou moins encombrées.
    C’est ici qu’intervient la neutralité du net. Le principe de neutralité, c’est de dire qu’une fois un paquet lancé (et on a payé la connexion, je le rappelle, donc le droit de lancer/recevoir un certain nombre de paquets à la seconde) il sera traité de la même façon que les autres paquets. Les routeurs doivent gérer les paquets dans l’ordre. Les routeurs doivent toujours indiquer la route la plus rapide. Les routeurs n’ont pas le droit de lire/copier/signaler le contenu d’un paquet. Les routeurs n’ont pas le droit de modifier un paquet.
    Ici le problème, c’est que les opérateurs veulent vendre des billets coupe-file et rendre les autoroutes privées…
    Mais mécaniquement, si on réserve les voies rapides à un petit nombre d’acteurs, alors les voies qui sont déjà lentes vont être plus encombrées, donc encore plus lentes, et tout le monde va en pâtir.
    Cela créerait une distorsion de concurrence, ainsi qu’un précédent très fâcheux: si on commence à autoriser un traitement différent des paquets suivant le destinataire et l’expéditeur pour des raisons financières, alors pourquoi pas pour des raisons politiques, etc. Accélérer les services des copains, ralentir ceux des autres… On commence par mettre un doigt dans l’engrenage et puis pouf, une fois la brèche légale ouverte, on a un internet chinois.

    Voilà, désolé pour le pavé. C’est encore très simplifié mais j’espère que cela clarifie certaines notions.

  7. Ce combat semble malheureusement dépassé depuis longtemps. Depuis le jour, dans les années 1990, où Internet est tombé aux mains des marchands (j’ai failli écrire « marchants », comme « méchants »). Depuis, ils ont réussi à rendre tout payant : l’utilisation, la copie, la mise en ligne… Ils rendent payant tout ce qu’ils peuvent (payer pour respirer ne devrait plus tarder, comme on paie pour dépolluer l’eau que les marchants polluent), car le dieu Profit n’est pas là pour le bien-être de l’humanité, mais pour celui du petit nombre qui lui voue un culte en confisquant le pouvoir, les ressources et le travail.
    Mais je ne voudrais pas passer pour pessimiste.

  8. @Krabeurk

    « -Depuis quand Internet est sensé être un espace de liberté d’expression et d’égalité pour tous? Que je sache, la plupart des serveurs utilisés -très coûteux et énergivores- n’appartiennent ni à l’utilisateur moyen ni à l’état. Donc les données qui y transitent ont toute la légitimité du monde pour être contrôlées par leur possesseur. »

    On pourrait reprendre le même raisonnement avant l’arrivée d’internet : « Depuis quand est ont sensé se préoccuper de liberté de la presse et de déontologie journalistique ? Que je sache, la plupart des presses à imprimer utilisées – très coûteuses et énergivores (et bien plus que des serveurs informatiques soient dit en passant)- n’appartiennent ni au lecteur moyen ni à l’état. Donc le contenu qui y est imprimé a toute la légitimité du monde pour être contrôlé par leur possesseur. »

    deuxième chose : Pourquoi est tu persuadé que « La pollution engendrée par le hardware+conso électrique d’internet est en passe de devenir plus importante que celle engendrée par le trafic automobile » si tu n’as aucune source ?

  9. @Klaire : merci

    @krabeurk : C’est une vision très candide effectivement.
    Mais bon, les chatons c’est candide. Les boobs, les vidéos et les séries, aussi. Croire que cette histoire de neutralité est concrètement lié au nombre de voies de l’autoroute c’est très réducteur.

  10. j’ajouterais que pour approfondir le sujet il est bon d’aller voir des sites bien fondés sur le sujet de la neutralité, du style la quadrature du net qui mène plusieurs actions pour promouvoir non seulement la neutralité, mais aussi donner des outils pour préserver sa vie privée.
    Profitons du premier pouvoir que permet internet: la transmissions des savoirs et la communication dans plusieurs sens :)

  11. @FennNaten : Merci pour cette explication! J’ai en effet confondu les serveurs qui délivrent l’information, et l’infrastructure même du réseau, qui est là pour la distribuer.

    Du coup, je me rends compte que tout le câblage posé en france pour connecter nos machines doit avoir l’aval des institutions pour être posé, et que donc ces infrastructures ne sont ni totalement privées, ni totalement publiques, par définition. Donc l’allocation préférentielle de la bande passante pour un (gros) client particulier doit être un peu problématique. J’ai bon?

    @Tabasco : «la plupart des presses à imprimer utilisées […]n’appartiennent ni au lecteur moyen ni à l’état. Donc le contenu qui y est imprimé a toute la légitimité du monde pour être contrôlé par leur possesseur. »
    Vous êtes-vous rendu compte de la justesse de votre propos, même s’il est écrit à la base pour être ironique? Je trouve que c’est une comparaison parfaite avec ce que je voulais dénoncer!

    «deuxième chose : Pourquoi est tu persuadé que « La pollution engendrée par le hardware+conso électrique d’internet est en passe de devenir plus importante que celle engendrée par le trafic automobile » si tu n’as aucune source ?»
    J’ai vu quelques chiffres, qui rende possible/probable cette conviction :
    http://www.epa.gov/climatechange/ghgemissions/global.html
    Sur le deuxième graph, tu peux voir que la quantité d’énergie nécessaire à produire l’électricité mondiale surpasse de loin l’énergie consommée par les transports.
    Cela ne veut PAS dire que ce que je crois est vrai. (tout appareil électrique qui utilise l’effet joule est un gouffre à énergie) Mais cela ouvre le débat, j’espère. Je n’arrive pas à trouver de publication ad hoc sur Elsevier et consore, c’est vrai.

    @Jerry : «Mais bon, les chatons c’est candide. Les boobs, les vidéos et les séries, aussi. Croire que cette histoire de neutralité est concrètement lié au nombre de voies de l’autoroute c’est très réducteur.»
    ….
    …Pardon? Mais je n’ai jamais écrit ça! Oo

  12. @Krabeurk
    « J’ai vu quelques chiffres, qui rende possible/probable cette conviction :
    http://www.epa.gov/climatechange/ghgemissions/global.html
    Sur le deuxième graph, tu peux voir que la quantité d’énergie nécessaire à produire l’électricité mondiale surpasse de loin l’énergie consommée par les transports. »
    D’abord sur ce graphe c’est la quantité d’énergie nécessaire à produire l’électricité et le chauffage mondiaux qui est le double de l’énergie consommée par les transports. (donc pas seulement la production d’électricité)
    Ensuite l’électricité alimente des industries et des ménages, leur part dans la conso électrique varie grandement d’un pays à l’autre. Enfin entre éclairage, chauffage, climatisation, équipements électro-ménagers, s’imaginer qu’internet représente une grande partie voire une majorité de l’énergie consommée me semble incroyable.
    Surtout considérant l’effet joule justement, et donc:
    1/ les pertes en ligne (au moins 30% de l’énergie électrique produite)
    2/ le gouffre que représentent tous les appareils électriques qui chauffent ou cuisent doivent simplement écraser la conso de la box (des machines indus aux ménagères: fers à repasser, machine à laver (linge ou vaisselle), à sécher (cheveux ou linge), chauffage (air ou eau), cuisson (plaques et fours élec)…

Les commentaires sont fermés.