Pécresse et les Tortues Ninja.

Ah, Madame Pécresse. J’ai une confession.

Parfois, je me demande si vous n’êtes pas une infiltrée d’un autre parti, dont le but secret serait de décrédibiliser la Droite. Je vous imagine trinquer au Long Island avec Nadine Morano, dans un bar parisien caché, ou un truc vraiment badass, genre les égouts de Paris, en mode Tortues Ninjas. Vous auriez la classe.

Et puis, on me dit que non, vraiment, c’est pour de vrai.

C’est donc pour de vrai que vous avez déploré que certains parents, faute de subventions de la région, ne pourraient plus mettre TOUS leurs enfants dans le privé. Et c’est pour de vrai que vous avez déclaré Quelquefois, ils seront obligés de faire des choix de Sophie, vous savez, ces choix cornéliens, pour choisir l’enfant que vous allez mettre dans le privé

Bon. Parce que, quand j’ai lu ça, je me suis dit c’est marrant, madame Pécresse, parce que déjà moi j’aurais pas dit que le problème scolaire en île de France, c’était de pas pouvoir mettre tous ses gamins dans le privé. Bizarrement, j’aurais dit que le but, en vrai, ç’aurait été de faire que l’école républicaine, gratuite, laïque et obligatoire soit la meilleure possible, mais bon.

(Parce que le but, Madame Pécresse, entre nous, ce serait pas que personne n’aille foutre ses gamins dans le privé ? Le but, ce serait pas que l’école publique soit mieux financée, mieux gérée, mieux considérée ? Le but, ce serait pas que le territoire soit mieux organisé pour pas que ceux qui en ont les moyens ne soient tentés de jouer du chéquier ? Le but, madame Pécresse, ce serait pas que dans «  Egalité- Fraternité » il cesse d’y avoir une petite ligne « *Mais surtout pour ceux qu’ont du blé » ?

D’autant que quand on chourave la République pour baptiser son parti, on fait au moins semblant d’en avoir quelque chose à foutre, de l’égalité des chances, nan ?)

Enfin bref, je me disais ça, et après j’ai repensé à votre comparaison avec Le Choix de Sophie.

Le Choix de Sophie, donc, c’est l’histoire d’une femme qui arrive à Auschwitz avec ses deux enfants, et à qui on demande de choisir lequel des deux sera gazé, et lequel vivra.

Là, j’ai repensé aux Tortues Ninja, madame Pécresse, et j’ai réalisé que j’avais raison, obligé.

Non, que vous soyiez à bloc sur l’enseignement privé, à la limite, mais que vous compariez le fait de mettre son gosse dans le public avec des chambres à gaz, c’était quand même trop gros, je vous ai grillé.

J’étais bien rassurée madame Pécresse, de comprendre que vous étiez un agent en mission, que vous étiez là pour leur foutre la honte, et j’ai même bien rigolé.

Le Choix de Sophie… la vache, vous êtes allée loin, quand même, il y en a qui vous suivent, là-dessus ? Faites attention à pas griller votre couverture, Valérie, faut pas aller trop loin.Le Choix de Sophie… mazette, joli coup.

Bon, alors du coup, maintenant que je sais que vous faites exprès, pour les déclarations pourries, je vous ai préparé un petit tableau à conneries, dans le même genre. C’est facile, si vous manquez d’inspi, vous prenez deux chiffres au hasard, et vous construisez votre citation de campagne.

pecresse

Ne me remerciez pas.

PartagerTweet about this on TwitterShare on Google+Share on FacebookShare on RedditEmail this to someone

14 réflexions au sujet de « Pécresse et les Tortues Ninja. »

  1. Bonjour,

    bon, autant je comprends et même approuve qu’on veuille faire échapper ses enfants à ce qu’est devenue l’école « laïque et républicaine », autant je ne vois pas ce que peux dire pour la rattraper sur la seconde partie. Elle est complètement cxxxxx c’est pas possible.

  2. Quelle tache cette Pecresse ! Elle a du confondre Auschwitz avec le Club Med 🙂
    Sinon, je crois k’jai vu des fotes :
    6eme parag – « soient tenter » = soient tentés
    11eme parga –  » je vous ai grillée » = je vous ai grillé

    Bon achtung, je suis pas infaillible coté orthographe conjugaison et tout l’reste, donc a vérifier…
    Bref : génial – avec ou sans fautes !

  3. La lutte contre la connerie… pardon, contre la Connerie (oui avec un grand « C » comme dans on n’est pas sorti du Caca) est une vocation (que dis-je, un sacerdoce) aussi méritoire qu’ingrat… ingrat, car tel Sisyphe et son rocher (ou le lapin Duracell et sa pile) ça peut durer indéfiniment. Merci Klaire pour cette abnégation!

  4. Pour la première fois depuis que j’ai ma carte d’électeur, j’ai plus du tout envie de voter….toute cette soupe empoisonnée que nous servent ces cadres politiques va finir par me rendre anarchiste. Cette raie-publique démocrasse sent de plus en plus mauvais.

  5. Super réponse à cette femme qui visiblement a fait le choix de Sophie entre son cerveau et sa bouche…
    Par ailleurs, je vous ai grillée et non « grillé » étant observé que vous vous adressez à une femme et que vous accordez avec « vous » placé avant

  6. Super comme toujours, drôle et en même temps cinglant, je suis toujours impressionnée par ta justesse, que ce soit pour le ton ou les propos ! Merci 🙂

    (Par contre si je peux me permettre, c’était bien « je vous ai grilléE », pour la petite explication relou : le COD est placé avant le verbe donc on accorde ! Si le verbe avait été, à tout hasard, maudire, on aurait dit « je vous ai mauditE » !)

  7. Ha bah oui mais non. Question : « Je vous ai grill(?) », donc « J’ai grillé qui ? » ; réponse : « La mère Pécresse, cette p…ronelle » (féminin très singulier), placée avant l’auxiliaire avoir, donc grilléE. T’avais bon Klaire Faitgrr 🙂
    Et moi aussi je grr à longueur de temps. Même que c’est bon de sentir qu’on n’est pas seul(e) à grrrer…

  8. Bon, alors, si on peut signaler les fôtes :
    – la droite => en bdc
    – Et puis, on me dit que non => virgule superflue
    – île de France => Île-de-France
    – pour pas que ceux qui en ont les moyens ne soient tentés => pour ne pas que ceux qui en ont les moyens soient tentés [on peut accepter « pour pas que… », étant donné le contexte]
    – «Quelquefois, ils seront obligés de faire des choix de Sophie, vous savez, ces choix cornéliens, pour choisir l’enfant que vous allez mettre dans le privé.» => espaces manquantes après guillemets ouvrants et avant guillemets fermants
    – « Egalité- Fraternité » => espace superflue après le trait d’union
    – je vous ai grillé => vous avez grillé qui ? La dame Pécresse -> accord féminin
    – J’étais bien rassurée madame Pécresse, => J’étais bien rassurée, madame Pécresse,
    – faut pas aller trop loin.Le Choix de Sophie… => espace manquante après le point
    – conernant la CAP ou pas à « madame Pécresse » => la règle de base est assez simple : on écrit au court si on parle de quelqu’un, au long si on s’adresse à lui.
    • Et maintenant, nous allons avoir le bonheur d’écouter un discours de M. le maire. A vous la parole, monsieur le maire.
    • Mesdames, messieurs, chers concitoyens. Je vous remercie monsieur le co-recteur de cette invitation, ainsi que vous, madame Nésique. C’est avec une pensée émue pour feu M. Lacroux, cruellement arraché à l’affection des siens, que je commencerai, etc. (voir http://www.orthotypographie.fr, concernant le sieur Lacroux)
    -> Quelques cas particuliers :
    • Le garçon de restaurant annonce que madame est servie, mais la servante s’adresse à Madame, pour lui faire savoir que Monsieur est au bordel et qu’il rentrera tard.
    • Tel Monsieur Jourdain (nom d’un personnage), le lecteur moyen fait parfois de la typo sans le savoir.
    • Titre d’œuvre, Madame Bovary si c’est en début de titre, mais en principe au court si à l’intérieur : Les Vacances de M. Hulot (en principe, mais ça déroge).
    • On tolérera une majuscule de politesse en début de courrier : Madame, Monsieur…
    Voili, voilou 🙂

Les commentaires sont fermés.