#Taxetampon : Dans nos flux.

Suite au rejet par les Députés de l’amendement sur la « Taxe Tampon », j’ai fait cette petite vidéo hier qui que vous avez peut-être vue si on est amis du réseau social de l’internet.

Je la poste, mais surtout, je réponds en dessous à quelques remarques qu’on m’a faite depuis.

 

Les tampons coûtent cher ? T’as qu’à mettre des serviettes.

Alors. On parle de « taxe tampon » mais c’est en réalité une taxe « protection périodique », c’est donc exactement le même problème pour les serviettes hygiéniques, qui sont évidemment inclues dans le débat.

Qui plus est, c’est très gentil de me dire quoi faire de mon frifri, mais si tu dis ça c’est probablement que tu es un garçon ou une fille qui n’a pas ses règles, car dans la réalité, nombreuses sont les filles pour qui porter une serviette hygiénique est comment dire… un peu lège. (Tu vois quand ta maman a peur que tu sois bourré parce que tu as pris un Mon Chéri ? Pareil.)

En fait, nombreuses sont les filles à devoir faire ceinture et bretelles comme on dit. Tampon ET serviette, donc. Ou à alterner selon les jours du cycle, les heures (si c’est la nuit par exemple), ou l’exigence environnementale (si c’est un entretien d’embauche en legging blanc par exemple, c’est mot compte triple).

L’intensité des règles, selon les filles et les moments, peut passer de « presque rien » à « Tiens c’est marrant si on mettait des gondoles ça ferait Venise».

Tampons et serviettes, même combat, donc.

Les tampons c’est nul, c’est chimique et pourri et la cup c’est mieux.

D’une part, c’est probablement vrai en théorie, mais la cup, toute les filles n’y arrivent pas. Perso, en tant que #TeamVenise, j’ai sauté sur l’occasion dès que la cup a débarqué en France, et je n’ai jamais réussi à m’y faire. Je vous promets ma bonne foi, je voulais vraiment que ça marche, j’ai essayé plusieurs modèles, mais NEIN. (Grosso modo c’est un peu comme charger un lave-vaisselle sur un radeau, tu passes ton temps à te dire « oh putain ça va couler ». )Bon, si je vous raconte 3615monvagin, c’est juste parce que vraiment, même avec toute la bonne volonté du monde, c’est pas parce que ça marche de ouf chez les unes que ça va marcher chez les autres. Donc bienvenue la cup, mais ça peut encore difficilement remplacer complètement les protections jetables.

D’autre part, je suis tout à fait partante pour que les cup bénéficient de la même taxe abaissée que les tampons, pas de problème.

Ah, et enfin, j’ai lu que c’était pour favoriser la cup que nos députés avaient refusé l’amendement. HAHAHA. Le LOL a été grand. Non, donc. Mais alors, pas du tout.

Comme le dit  Christian Eckert, la mousse à raser pour hommes est taxée à 20%, alors les tampons doivent l’être aussi.

Je ne sais même pas par où commencer tellement cet argument prouve que ce monsieur est à la ramasse.

Donc calmement : Je veux bien entendre qu’une absence de rasage masculin soit très mal vue dans certains boulot, et peut-être faudrait-il se pencher sur ce problème.

Néanmoins, je me permets d’observer qu’au Pierre-Papier-Ciseau du « çasefaitpas », un entrejambe ensanglanté une semaine par mois bat lééégèrement une barbe masculine, nan ? Quant aux frais occasionnés, waouh, je les imagine bien refaire les bancs de l’assemblée nationale tous les jours, ce serait rigolo…

J’ai l’impression que le problème réside dans le fait que ce monsieur ne se rend pas compte de ce que sont les règles. Les règles, monsieur Eckert, c’est du sang qui coule du frifi pendant plusieurs jours, et tous les mois . Du sang. Liquide. Parfois avec des petits morceaux, même. Ah bah oui tu fais berk monsieur Eckert, mais t’as l’air de croire qu’on demande à ce que les mascaras waterproof soient remboursés par la sécu. Ben non, c’est pas de la « beauté », les tampons, c’est de la  « première nécessité ». Oui, vraiment.

Quant à la mousse à raserr… tu veux VRAIMENT qu’on parle de la mousse à raser ? T’es sûr de toi ? T’as bien choisi ta comparaison, là ?

Tu sais combien les meufs dépensent dans leur vie pour s’épiler ? Parce que les meufs, c’est pas une zone hein. Nonononononon. Oulo. Tu sais ? NON ?
Bah moi non plus. Mais c’est beaucoup. Oulooooo. Tu veux qu’on compare ? Chui chaude, fais moi un mail et on y va.

Les mecs aussi ont des frais, ça vaaaa, c’est quand même souvent nous qui payons les capotes, hein.

Honnêtement si votre budget capote annuel dépasse le budget [plaquettes de pilules par remboursées ] + [rdv chez le gynéco ]+ [frottis] + [millions de spasfons], il faut penser à vous inscrire au livre des records, je pense.

Ah, et aussi, les préservatifs sont taxés à 5,5% comme des produits de première nécessité.

C’est juste exactement ce qu’on demande.

 

 

 

PartagerTweet about this on TwitterShare on Google+Share on FacebookShare on RedditEmail this to someone

25 réflexions au sujet de « #Taxetampon : Dans nos flux. »

  1. Bonjour,

    > Les tampons coûtent cher ? T’as qu’à mettre des serviettes.
    Cet argument me fait penser au « Ils n’ont pas de pain? Qu’il mange de la brioche alors… »
    J’ai vraiment du mal à comprendre les réactions des hommes sur ce sujet. S’ils sont en couple (avec une femme) ou s’ils ont une/des filles, ils devraient savoir que cette proposition de TVA réduite va aussi les toucher… MAIS *positivement*. Non? Ça va augmenter leur pouvoir d’achat. Non? Ou alors j’ai loupé un truc…

    Les seuls qui devraient se sentir floués sont les hommes gays : « non, je veux que les femmes paient la TVA plein pot pour que ça finance les routes, les écoles, le trou de la sécu, le chômage, l’immense travail des sénateurs et des députés ».

    Tous les hommes qui sont contre l’abaissement de la TVA sont-ils gays?
    Bonne continuation!

  2. Sans compter que la mousse à raser, dans sa petite bombe pas recyclable pleine de gaz polluant, c’est une belle saloperie. Du savon à barbe qui dure six mois + un beau blaireau qui dure des années, c’est plus agréable et plus écolo (en plus d’être plus classe).

  3. « Chériiiiie, je trouve pas la télécommande, y’a le match de foot qui va commencer ! Tu sais pas ou elle est ? »

  4. Je rejoins tout à fait ce que tu dis !!
    Pour répondre à la remarque mettre une serviette à la place d’un tampon pour éviter la taxe (taxe qui englobe les protections féminines je le sais) mais moi je suis dans le cas où je suis allergique aux serviettes hygiéniques des grandes surfaces et à la cup vais-je mettre les horreurs de serviettes qu’on vend en pharmacie qui ont une épaisseur qui nous font marcher en canard et bien obligée de mettre un tampon !!! Ou alors dois-je me mettre en arrêt maladie chaque mois pour ne pas être ridicule ça risque de coûter cher à la communauté si nous le faisons toutes !!!??? Non !!!???? Puis ce serait aussi régresser et se trouver mises à l’écart pour impureté comme ca a existé ou existe toujours à certains endroits sur le globe terrestre !!!!
    Enfin bref même sans problème d’allergie ou autre on doit avoir le choix !!! Et c’est un produit de première nécessité puisque la nature nous a ainsi faites on ne choisit pas de naître femme et d’avoir ou non ses règles !!!

  5. Que les tampons/serviettes doivent être reconnus comme de première nécessité, tout à fait d’accord.
    Mais j’avoue que ta réponse sur la mousse à raser pour hommes et l’épilation pour les femmes me les hérisse un peu les poils justement
    Je m’explique : je suis d’accord qu’une grosse tache de sang bien placée est plus gênante pour la personne concernée qu’une barbe mal rasé. EN REVANCHE, un homme peut concrètement voir lui échapper un boulot parce que la personne chargée de l’entretien le trouvait négligé puisque mal rasé; alors qu’à ma connaissance, l’employeur n’ira pas demander à une femme si elle est bien épilée avant de l’embaucher. Là où l’enlevage de poils relève plutôt d’un choix chez les femmes (oui ou non et si oui quelle fréquence, quels endroits , quelles techniques…), elle relève bien de la « contrainte sociétale »chez l’homme.
    Un autre détail : après avoir vu plusieurs fois l’argument de la surfacturation des produits pour femmes par rapport à ceux des hommes, j’ai voulu faire un test, avec le déo tiens, puisque mon chéri et moi utilisons le même modèle, mais lui homme et moi femme… et ben le sien est 1€ PLUS cher que le mien.
    Alors défendre les droits des femme oui, mais ceux des hommes aussi ! Je trouve que le discours féministe qui s’affiche sur le net est de plus en plus malsain : non les femmes ne sont pas de pauvres victimes et non la défense de leurs droits ne doit pas passer avant la défense de l’égalité des droits des êtres humains en général.
    Donc les tampons = 1e nécessité, la mousse à raser aussi !

  6. En fait les tampons et serviettes sont des produits de première nécessité et bien davantage que la mousse à raser. Parce que les femmes en situation de grave précarité ou à la rue ont chaque mois des difficultés pour s’en procurer. Parce que sentir mauvais et mariner dans son sang, ça porte atteinte à l’estime de soi et à l’intégration ELEMENTAIRE dans la société. Parce que cela peut entraîner des problèmes d’hygiène intime et des infections.

    Tu vois Sofy, on en est même pas encore au stade entretien d’embauche là, la recherche de boulot c’est encore au-dessous dans la pyramide des besoins. Bien sûr que si les hommes avaient leurs règles, ces produits ne seraient pas taxés. C’est bien parce que l’Assemblée est encore composée en majorité de vieux réactionnaires, crassement sexistes, qu’une telle taxe peut être maintenue….

  7. La bonne comparaison avec la mousse à raser serait plutôt le maquillage non ? Produit « nécessaire » imposé par la société (dans certains milieux les hommes doivent être rasés et les femmes maquillées) ou choix esthétique, mais en aucun cas un produit de première nécessité comme peuvent l’être les protections menstruelles, mais également les couches pour bébé ou pour fuites urinaires si on veut sortir de la question purement féministe (qui sont taxés à 20% tout pareil je crois ?). Pour moi le problème est plus large, detaxer des produits d’hygiène de base (les brosses à dent c’est combien ?), quitte à retaxer certains produits alimentaires qui ne sont pas de première nécessité.

  8. Bonjour à tous,

    Je suis plutôt d’accord avec Sofy, l’argument qui consiste à comparer les dépenses niveau hygiène des cotés masculin et féminin est souvent faussé.
    En voyant pas mal d’articles à ce sujet il y a quelques mois, on a vite comparé avec mon copains dans notre cas, les dépenses étaient kif-kif. Et si, je me lave tous les jours 🙂 Mais je suis d’accord que nous sommes qu’un cas particulier.

    Bref, tout ça n’empêche pas de mettre les protections périodiques comme produits de première nécessité, comme les préservatifs!
    A croire qu’ils laissent la taxe plein pot, car ds ts les cas, nous n’avons pas le choix que d’acheter ces produits là…

  9. De retour de Chine, on a eu beau chercher avec ma compagne: ils n’en ont pas. Bon l’hygiène c’est pas trop ça non plus et l’absence de verrou sur les toilettes publiques est fréquent. -<:•[

  10. Le seul argument plus ou moins valable que j’ai pu voir dans le débat à l’assemblée était le probléme de répercutions de la baisse sur le prix aux consommatrices .

    Parce que quand soi disant on a baissé la taxe sur la restauration on a pas vraiment vu le prix des menus diminué de 15 %.
    Cette baisse de TVA risque juste de donner 55 millions d’euros aux fabricants et au supermarchés qui continueront à vous vendre des tampons a un prix qu’aujourd’hui encore vous acceptez de payer.

    Mais si le combat est de qualifier les protections féminines de produits de première nécessite il mérite d’être continué même si a terme la victoire risque d’être dérisoire.

  11. Juste : y a pas besoin de mousse à raser pour se raser. Argument à chier donc.
    Un rasoir sous le douche, avec le gel douche ou le savon, c’est largement suffisant. Ou même à sec. Bah oui, ça irrite, ça augmente les risques de coupures…et alors ? T’achètes un rasoir électrique à 20 balles chez Lidl, et adieu coupures et irritations !
    Non, c’est pas d’la magie : c’est d’la technologie !

    Nan parce que pour rappel, la seule utilité de la mousse, c’est de faire glisser le rasoir hein. C’est comme les trois balayeurs au curling. Avec du banal savon, ça glisse tout aussi bien, c’est plus écolo et moins cher. Et ça te lave la tronche en même temps, roh dis donc !

    Alors je sais pas si cet amendement a été refusé juste parce que c’est des vieux cons à l’Assemblée, ou bien juste parce que c’est juste un achat OBLIGATOIRE pour TOUTES les femmes, donc rentrée d’argent garantie pour le gouvernement. M’étonnerait pas que y ait un peu des deux.

    Quoi qu’il en soit, y a même pas besoin de discuter de la mousse à raser, tellement c’est un produit 100% confort et 0% nécessité. Faut vraiment avoir été fini à la pisse de chamelle pour comparer les périodiques féminins à ça…

    Ah, j’suis un mec au fait.

  12. Merci pour cet article! 🙂
    Juste un truc pour la cup, des femmes qui portent un stérilet m’ont dit que pour elles ce n’étaient pas possible car la cup pouvait faire mal ou faire « effet ventouse » et déplacer le stérilet.. donc pour elles non plus la cup n’est pas une solution.
    Et à priori elle échappé à là taxarion

  13. Bonjour Sofy, j’aimerais juste apporter un grand lol.
    « alors qu’à ma connaissance, l’employeur n’ira pas demander à une femme si elle est bien épilée avant de l’embaucher. »

    Comment. Te. Dire.

    En fait, on n’a pas besoin d’être en recherche d’emploi pour être « fortement incitées » à s’épiler. Des aisselles pas épilées dans le bus en été ? On te regarde comme si tu étais source des odeurs qui trainent. Comme une crado, en gros. Un mec mal rasé dans le bus, tout le monde s’en tape.
    Bref : une femme pas épilée est exposée au rejet social, ce qui n’est pas le cas d’un mec mal rasé. Et pourtant, on n’est pas en train de demander à ce que les produits dépilatoires soient mis à 5.5%…

  14. J’avoue que l’analogie avec les gondoles m’a bien fait rigoler 🙂

    Au rayon ceintures et bretelles, il y a aussi celles (dont je fais partie hélas) qui 1 ou 2 nuits par mois ont besoin de faire « ceinture et bretelles » au sens de « cup + serviette »… J’ai une cup depuis presque 10 ans et j’en suis très contente, mais en cas de flux très abondant ça ne suffit pas forcément si on ne peut pas en changer très fréquemment.

    Au rayon « remarques idiotes », j’ai aussi vu « ah mes les femmes peuvent aussi choisir de ne pas avoir de règles en prenant leur pilule en continu »…
    C’est tout à fait faisable, mais cela oublie toutes les femmes qui ne peuvent pas prendre la pilule (contre-indications) ou qui ne le veulent pas (désir de grossesse, préférence pour le DIU, contraception hormonale mal supportée, etc.) Bref, c’est quasiment aussi crétin que « ah mais vous n’avez qu’à enchaîner les grossesses, comme ça bye bye les règles »…

    Cela dit, d’après ce que je viens de lire dans un article des « Décodeurs » du Monde, en fait il y a pas mal d’autres produits « de première nécessité » comme par exemple le savon ou le dentifrice, qui sont aussi taxés à 20% (alors qu’inversement le foie gras ou les bonbons sont taxés à 5,5%).

  15. Pour ceusse qui proteste des 20% de la mousse à raser, y a le rasage à l’ancienne avec lames gilettes, et son savon à 2€, alors 20%, je me marre. Et pis comme dis l’auteur, oser comparer un rasage de barbe et le sang des ragnagnas, c’est comme oser comparer le maquillage des sourcils avec des hémorroïdes saignantes permanentes…

  16. Sofy,

    l’argument du rasage est le même pour les femmes (je pense que c’est même pire niveau contraite sociétale de l’apparence). T’arrives pour un entretien avec une touffe sous les aisselles ou les jambes velues, ça fait négligé, autant qu’un mec mal rasé. Et contrairement aux mecs, les poils ne seront JAMAIS à la mode pour les femmes.

  17. Sofy, comment te dire gentiment… LOOOOOL!!!
    les hommes ont moins de contrainte pour tout, y compris sur le rasage! ils peuvent le faire pour leur entretien d’embauche et ensuite se garder une belle petite barbe qui fait classe sans qu’on les dévisage comme des crados! une femme en été, en short et version Chewbacca on va bien lui faire sentir que soit elle se cache dans une grotte soit elle a plutot interet d’investir dans un sécateur!!

    Du reste, pour cette taxe a la con, les mecs auraient leurs règles, non seulement les tampons seraient gratos mais aussi le spasfon et le gynéco, ils auraient le droit a une semaine de congé spéciale ragnagnas par mois!!
    c’est sur que c’est plus facile de taxer les tampons et les serviettes vu qu’on a pas le choix, c’est cadeau de Mère Nature! et on est censé avoir la parité c’est ça??

  18. Merci pour la finesse des arguments de l’article. C’est tout bête, mais comme bien souvent, les politiciens parlent avant de peser réellement leurs propos…
    Bref super article comme d’hab’

    Toujours un plaisir de venir sur ce site!

  19. Kikou Klaire,

    Dis, tu voudrais pas faire un #danstonflux sur l’humour Licorne? La recherche risque d’être prometteuse! 🙂
    Au plaisir de te lire!

  20. J’arrive avec (au moins) 2 serviettes de retard, mais je tiens à répondre à Sofy (qui ne me lira probablement jamais, mais sait-on ce qui arrive…)

    Pour l’argument de la barbe et de la discrimination à l’embauche. Alors, NON. Tout simplement non. D’abord, parce que (instant stats) : d’après une étude de marché Phillips, 47% des hommes se taillent la barbe. D’après une étude Braun, 54% des européens ont une barbe (48% des parisiens). Vu dans des articles appelés « Barbe de trois jours, sur le chemin du pouvoir » et « Le triomphe de la barbe ».

    Donc, d’un point de vue social, la discrimination sociale entre un homme qui porte une barbe et une femme à qui ont voit du sang n’a, comment dire, rien à voir. D’ailleurs, les uns s’étalent partout dans les pubs et les photos, les autres sont censurées des réseaux sociaux.

    Ensuite, les femmes sont beaucoup plus discriminées socialement si elles ne s’épilent pas qu’un homme qui porte la barbe. J’ai pas de stats, mais si si, je t’assure.

    Et si, il y a effectivement des milieux où porter la barbe est discriminants à l’embauche (perso pas à mon taff, et je suis pas dans un taff de baba cools, d’artiste ou de mode pourtant). Oui, oui, ça existe, pour les 46% d’européens qui ne porteraient pas la barbe. Mais cette discrimination au look et à la présentabilité, (attention scoop), bah elle existe aussi pour les femmes ! Qui seront jugées pour leurs habits, pour leur coupe, voire leur maquillage. Eh bien sûr, leurs poils. Alors non, l’embaucheur n’ira pas vérifier s’il n’a pas accès de visu à l’info, du moins je l’espère, mais essaye d’aller à un entretien d’embauche avec un débardeur et les aisselles en mode jungle, ou en jupe-sans-collant avec les poils à l’air, tu vas voir si c’est pas discriminant !

    Ensuite, non, non et non (encore une fois ? non), l’enlevage des poils n’est pas « un choix » chez la femme, et « une contrainte sociale » chez l’homme. Au pire, c’est une contrainte sociale chez les deux. Vraiment, chez les DEUX. Parce que je sais pas toi, mais m’arracher des poils à m’en faire hurler, bah seule sur une île déserte je le ferais pas, même si y avait de la cire sur mon île. Me raser les poils qu’après j’ai la peau rouge et des fois je m’entaille et je saigne, bah si j’avais vraiment le choix et que j’étais sûre que tout le monde me regarderait pas bizarre dans les vestiaires, bah je le ferais pas. Par contre, mon mec il a de la barbe, et il le vit plutôt bien, vraiment. Mes potes qui me disent qu’elles craquent pour les mecs à barbe aussi. Les magazines qui répètent que la barbe est sexy aussi.

    Et pour finir, une devinette : combien d’acteurs/autres célébrités portent une barbe ? Combien d’actrices/célébrités se laissent pousser les aisselles et les poils de gambette ?

    (un commentaire aussi utile qu’une bicyclette à un poisson, et beaucoup trop long pour le message à faire passer, mais au moins c’était rigolo à écrire)

Les commentaires sont fermés.